ACTEURS COTE COURS
ACTEURS COTE COURS

J'ai rêvé que j'étais dame pipi dans un hôpital public

Difficile de résumer une vie en une seule pièce. C'est pourquoi il est apparut évident à l'auteur de l'inscrire dans une trilogie.
Cette pièce fait donc suite à la première création « J'ai rêvé que j'étais morte à cause de mon électricien »  jouée pour la première fois  fin 2015. Elle a été présentée de nombreuses fois en Ardèche mais aussi sur Paris, Lyon, Vaizon la Romaine..
Le troisième volet est en cours d'écriture.
Trois pièces pour dénoncer les travers de notre société en parcourant la vie de la comédienne.

Cette pièce n'est pas ce que l'on nomme aujourd'hui un stand up (monologue comique) mais bien une pièce écrite pour une comédienne. Une performance pour une actrice.
Elle s'articule autour de cinq personnages, le militaire, la petite fille, la prostituée, la bourgeoise et la comédienne, des personnages dont le jeu n'est pas toujours en adéquation avec le texte.
Des changements de situations fréquents, un ton satyrique et humoristique, un comique à différents tiroirs où chacun y prend ce qu'il veut.

 

Résumé

Qu'est ce qui se passe après la mort ?

Voit-on sa vie défiler comme le préconise les magasines et la télé ?
Pour Bulle, la comédienne seule en scène, c'est dans la salle d'attente du purgatoire, où elle attend son entretient avec Madame Nuisance, sa conseillère d'orientation pour l'au-delà,  que les réponses vont surgir.
D'abord par un flash-back depuis son enfance, en passant par son parcours professionnel, pour se terminer par un casting pour le personnage de Marie Pisse, Pisse, la fée qui colmate les fuites.
L'occasion pour l'auteur de dénoncer les travers de notre chère et belle société.

 

Synopsis

 

Quand j'ai lu la pièce que mon frère m'a si gentiment écrite, j'ai pas tout de suite saisie le tempo.
C'est au fur et à mesure que je découvrais le texte que j'ai réalisé que j'étais morte à cause de mon électricien.
C'est fort comme entrée en scène.

Quand je suis passée de vie à trépas, j'ai pas vu ma vie défiler comme le préconisent les magazines ou la télé.
Non, moi c'est dans la salle d'attente du purgatoire où j'attendais patiemment mon évaluation par madame Nuisance, ma conseillère d'orientation pour l'au-delà.      

Tout y est passé. De mon enfance à Paris, en passant par le déménagement pour un HLM dans une banlieue bien éloignée.
C'est surtout les passages sur mon parcours professionnel qui m'ont le plus perturbée.
Comme ce rêve, durant mon BEP sanitaire et social, ce cauchemar prémonitoire où j'étais Dame Pipi dans un hôpital public. Qu'est-ce qui peut vous arriver de pire dans une vie avec une vocation pareille ?

Une fois mon flashback terminé, j'ai eu mon entretien avec madame Nuisance, ma conseillère d'orientation pour l'au-delà. Ca c'est plutôt bien passé puisqu'elle m'a demandé d'être sa secrétaire particulière.

Quoi ? On remue ciel et terre depuis une semaine pour trouver Marie Pisse Pisse !
Le grand patron a décidé de créer un nouveau personnage de légende, après le père Noël, le père fouettard, la fée quenotte, on recherche femme de 25 à 55 ans aimant les enfants pour incarner Marie pisse pisse, la fée qui colmate les fuites.
Moi aussi j'ai auditionné.

Ça marchait du feu de Dieu, j'étais devenue LA Chantale Goya du 4e âge, l'icône de nos vieux édentés. C'est là que ça c'est gâté. Ma renommée était monté au plus haut niveau des cieux. J'avais déclenché les foudres célestes. Sachez que là-haut on n'aime pas la concurrence surtout si vous êtes une femme ! J'étais devenue trop populaire.

Oh la vache ! Y m'a vraiment joué un tour de cochon celui-là.
Mais ça c'est une autre histoire !

 

 

 

Prochaines représentations

 

Vendredi 21 décembre à 20h

au Remue-Méninges,

43 rue Michelet Saint-Etienne

 

Samedi 12 janvier 2019 à 21h

au Théâtre Pixel,

18 rue Championnet Paris 18e

 

 

 

 L'hebdo de l'Ardèche du 12 avril 2018

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ACTEURS COTE COURS